Skip to content
France

Témoignages de trésoriers et de directeurs financiers en France

La France a des liens historiques, culturels et commerciaux avec l’Afrique qui se renforcent d’année en année. Selon les recherches que nous avons menées auprès de trésoriers et de directeurs financiers venant d’Europe et d’Amérique, 40 % des entreprises françaises estiment que l’Afrique est leur destination économique prioritaire, soit deux fois plus que les sondés venant du reste du monde. Contrairement à leurs voisins, les entreprises françaises cherchent davantage à tirer profit de la croissance des marchés émergents que de celle des régions développées.  Ainsi, alors que 87 % des entreprises sondées étaient enclines à vouloir se développer en Amérique du Nord, ce pourcentage n’était que de 57 % chez les Français.

Gestion de la complexité

La recherche de la croissance dans les marchés émergents entraîne des défis plus complexes que dans des régions plus familières de l’Europe et de l’Amérique du Nord. La plus grande préoccupation des entreprises françaises est de comprendre les réglementations nationales estiment 29 % des sondés. Cela peut sembler particulièrement difficile dans des régions comme l’Afrique, où il existe une grande hétérogénéité normative d’un pays à l’autre, et où les niveaux de marché et de maturité réglementaire diffèrent. Par exemple, les entreprises françaises ont classé la gestion de la volatilité des changes comme une plus grande priorité de la chaîne d’approvisionnement que celles d’autres pays échantillonnés.

Toutefois, les entreprises reconnaissent de plus en plus la valeur de l’expertise locale de leur banque partenaire, afin d’atteindre leurs objectifs locaux, régionaux et mondiaux. De plus, les directeurs financiers et les trésoriers français sont particulièrement préoccupés par les questions « du terrain » qui pourraient avoir une incidence sur leurs stratégies de croissance internationale et estiment que les relations dans la chaîne d’approvisionnement (26 %) et la gestion de l’impact continu de Covid-19 (23 %) sont parmi les priorités. Des chiffres supérieurs à ce qui a été observé dans d’autres régions du monde.

La valeur des relations à long terme

Une histoire qui résonne fortement pour les entreprises françaises ayant participé à cette étude est celle de la loyauté et des relations à long terme. Du point de vue de la liquidité, les entreprises françaises étaient beaucoup plus susceptibles de financer leur croissance internationale par le biais de facilités bancaires que les sondés venant d’autres pays. Ainsi, ils sont 89 % à souligner l’importance du financement bancaire contre 69 % dans l’ensemble. Les Français déclarent donner beaucoup d’importance à la création de relations de confiance sur le long terme. En particulier, ils étaient moins enclins à diversifier leurs fournisseurs à l’extérieur de leur marché intérieur et moins susceptibles de renégocier les modalités de paiement avec les fournisseurs existants (49 % contre 61 %) que ceux d’autres pays.

Cet engagement à maintenir de bonnes relations à long terme est très positif pour développer des chaînes d’approvisionnement stables et résilientes. Toutefois, les entreprises doivent également tenir compte des besoins en fonds de roulement. Les techniques de fonds de roulement telles que le financement de la chaîne d’approvisionnement peuvent être un précieux moyen de protéger la position de l’entreprise, la stabilisant tout en protégeant les intérêts de ses partenaires.

Pour plus d’informations, veuillez visiter notre page Europe et Amériques.